État

MINUIT ET DES POUSSIÈRES D’ÉTOILES

Une de mes premières pensées informatiques couchée sur Caramba,
c’était le premier octobre 2003.

I’m drinking again d’Aretha Franklin sur la platine – numérique – un verre de rouge – Grande Cuvée – Domaine de l’Hortus – Coteaux du Languedoc – sagement attablé, je jette un coup d’œil distrait sur cette journée, qui s’en offusquerait presque.

Tout avait très mal commencé. Le soleil s’était levé, bien trop vite après que je me sois endormi, activant par ricochet l’instinct croquette du matin d’un chachou, qui, comme à son accoutumée, s’empressa alors de me réveiller. L’avantage de faire de l’ordre avant de se coucher, c’est de pouvoir se lever pour donner à manger à son chat sans se prendre les pieds dans un cendrier ou une tasse de thé. Ça a du bon la discipline ! Sept heures moins le quart ! Chachou, tu fais ch… Six heures quarante sept, recouché. Trois quarts d’heure encore pour profiter de la chaleur de mon lit, de sa peau que j’embrasse et caresse sans même ouvrir les yeux. “Hmmm” finit-elle par avouer.

Tout avait pourtant très mal commencé !

Evidemment, ce n’est pas avec ce genre de propos que je risque de changer le monde ! Mais il est certain aussi que je n’avais nulle intention de le révolutionner, ce matin. Et même si j’en avais eu l’intention, je peux supposer que mon cerveau n’aurait lui, pas daigner répondre à l’invitation. Je lisais, ce même matin les réflexions oh combien enrichissantes d’un bloggeur qui disait en substance que notre motivation première à publier nos pensées et autres récits quotidiens était de nous donner l’opportunité de faire de nouvelles connaissances, de rencontrer d’autres de nos semblables… !? Je ne sais trop quoi répondre encore à cela. Pour l’heure, il me semble que ma motivation est beaucoup plus égocentrique, plus narcissique que cela. J’écris parce que j’ai plaisir à écrire mais, à bien y réfléchir, il n’est pas impossible en effet  que j’aurai plus de plaisir encore à me savoir lu. C’est grave docteur ?

Don’t judge me chante Audrey Motaung…

La vie est un chemin.
Je vous emmène plus loin…

Publicités